mercredi 21 juin 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Quand je serai grande je changerai tout » de Irmgard Keun




Une petite fille vivant en Allemagne vers la fin de la première guerre mondiale, nous raconte son quotidien de petite fille. Ne croyez pas que son quotidien est sombre, non pas du tout, c’est une histoire toute en couleur que cette petite fille nous raconte. Il faut dire que cette petite fille est assez ingénieuse, toujours une idée pour s’occuper avec ses amis. Des idées qui vont lui causer des ennuis auprès des adultes, qui ne comprennent pas cette petite fille.

Cette fille ingénieuse est incomprise et ne comprend pas non plus les adultes. Il faut dire qu’en tant qu’adulte, il est vrai que nous sommes pleins de contradiction pour les enfants. Nous leurs apprenons qu’il y a certaines choses qu’il ne faut pas faire, comme mentir, pourtant nous sommes les champions pour faire ce qu’il ne faudrait pas faire. Comment faire comprendre alors aux enfants ? Avec ce roman, je me dis que les adultes ne passent pas assez de temps pour comprendre ce que nous voyons comme une bêtise. Pour les enfants il s’agit qu’une chose extraordinaire qu’ils sont contents d’avoir fait, sans en avoir vu le mal. Et c’est le cas avec beaucoup de choses que fait cette petite fille.

Je trouve la façon dont l’autrice raconte l’histoire très intéressante, elle utilise la première personne, c’est donc la petite fille qui nous raconte son histoire. Nous sommes ainsi très vite projetée dans ce petit personnage qui ne peut pas vous laissez insensible. Pourtant, cette petite fille n’a pas de nom, à aucun moment il n’en est fait mention.

D’un autre côté, je me demande si je ne suis pas passée à côté de quelque chose avec ce roman. Nous avons une introduction avant de lire le roman, et cette introduction raconte l’histoire de l’autrice, mais aussi celui de ses ouvrages et en particulier celui-ci. Si j’en crois cette introduction et aussi la quatrième de couverture, j’étais censé retrouvé une petite fille qui « sape efficacement les bases idéologiques de l’Allemagne nazie et présente l’humanisme comme une conviction relevant d’un bon sens élémentaire ». Autant dire que j’étais loin de tout ça…

En bref, j’ai quand même aimé ma lecture et découvrir les prouesses de cette petite fille, même si je pense avoir loupé quelque chose avec ce roman, puisque j’attendais autre chose.

Éditions Agone - Contemporain - 240 pages - 15,00 € en poche

Je remercie la Masse Critique de Babelio ainsi que la maison d'édition pour cette lecture.

10 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais je ne suis pas particulièrement tentée je t'avoue !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout, c'est dommage que tu sois passée à côté, mais je tenterai peut être si je tombe dessus ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu sauras plus apprécier que moi si tu tente cette lecture :)

      Supprimer
  3. Ce livre semblait vraiment intéressant grâce au point de vue de la petite fille mais dommage que tu n'aies pas aimé plus que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dommage, il était sympa, mais à cause de la quatrième de couverture je m'attendais à autre chose. Je pense que c'est pour cela que j'ai moins aimé que je le pensais :)

      Supprimer
  4. Ça a l'air assez spécial pour moi. Pas sûr que ça puisse me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi qui voit, mais c'est vrai que c'est assez spécial :)

      Supprimer
  5. Il arrive parfois qu'on passe à côté d'une lecture, le message n'est parfois pas assez clair, les idées embrouillées ou alors on est loin de ce qui est dit dans le résumé..
    Je ne pense pas lire ce livre, mais merci pour la découverte:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour ma part je trouve qu'on est loin de ce qui est dit dans le résumé. J'ai trouvé quand même la lecture sympathique. Et merci à toi pour ton passage :)

      Supprimer

Laissez un passage de votre voyage à bord.