dimanche 21 juin 2015

⛵ Dans la cabine du capitaine - Juin 2015


Photo credit: KatieTT / Foter / CC BY-NC-SA

Bienvenue dans la cabine du capitaine ! Une fois par mois, je vous ouvre les portes de ma cabine pour vous laisser entrer un peu plus dans mon univers. Musiques, cinéma, petits ou grands évènements auxquel j'ai pu participer, parfois même des interviews d'autres blogueurs ou d'auteurs. Tous les mois je vous ouvrirai ses portes, et tous les mois vous pourrez découvrir quelque de chose de différent.

Prêt à voir ce que ma cabine vous cache aujourd'hui ? ;)


Il y a maintenant plusieurs jours, je passais non loin d'une île déserte. J'ai la chance de trouver, perdu dans ses pensées (peut-être des pensées allant à Lilith) Philippe Pratx. J’accoste et je l'arrache surement à un doux rêve en lui proposant de monter à bord de mon navire. Philippe Pratx jete un dernier coup d’œil à la mer cristalline, peut-être une nymphe se cachait là pour lui tenir compagnie dans sa solitude. Comme il accepte ma proposition, je suppose que la douce compagnie qu'il avait est partie dans les profondeurs de la mer avec les anges… Je profite de sa présence à bord et d’avoir son attention pour mine de rien lui poser quelques questions…


Pouvez-vous vous présenter brièvement aux matelots de mon navire qui ne vous connaissent pas forcément ?
Eh bien, même si je ne me sens pas particulièrement le pied marin, je suis malgré tout voyageur dans l’âme, et les vents de ma carrière d’enseignant m’ont déjà poussé vers des rivages exotiques, de Cherbourg à la Guyane, de l’île de la Réunion au Golfe de Guinée... A présent, à l’image de l’Arche de Noé échouée sur le Mont Ararat, me voici dans les hautes terres andines de Colombie...
Auteur de poèmes depuis l’enfance, puis de nouvelles, de pièces de théâtre inédites, et plus récemment du roman Le Soir, Lilith, j’ai aussi une passion pour les cultures indiennes, ai créé le site internet Indes réunionnaises(désormais inactif mais toujours en ligne) et collabore à La Nouvelle Revue de l’Inde.


Qu'est-ce qui vous pousse à écrire, d'une manière générale, d'où vous vient cette passion de l'écriture et quelles sont vos inspirations pour écrire ?
L’écriture, pour moi, est un plaisir et un besoin, une ouverture nécessaire, un exutoire à la créativité que je suis incapable d’exprimer par d’autres moyens. Mes inspirations ne sont rien de plus que les idées, les rêves, les leitmotive... qui s’imposent à moi et demandent à venir au monde comme autant de fœtus porteurs de leur vie propre. Le monde intérieur, mental et spirituel, ses connexions avec le monde qui nous entoure, sont des sources d’inspiration intarissables.


Pour Le Soir, Lilith, comment vous est venue l'idée et comment en êtes-vous venu à choisir ce thème du cinéma dans les années 20 pour raconter l’histoire ?
L’idée remonte à des hantises de jeunesse et à un projet initial de recueil poétique en prose, autour du fascinant personnage de Lilith, ambigu, complexe, mystérieux, profond... Le cinéma muet, quant à lui, constitue un univers méconnu tout aussi captivant, un art désormais évanoui, où réalisateurs et acteurs transcendaient les contraintes d’une technique encore fruste pour aboutir – parfois – à des chefs-d’œuvre incomparables, dont on ne saurait retrouver la saveur particulière dans les productions cinématographiques modernes, tellement différentes.


Dans votre roman il se dégage clairement une aura de folie et de mystère autour du personnage de Lilith. Qu’est ce qui vous a poussé à prendre cette direction ?
L’essentiel est peut-être que je conçois la création littéraire, ou artistique de manière générale, comme une activité permettant de transcender le « réel », le quotidien, la vie ordinaire. Il existe une littérature « réaliste », une littérature de témoignage, d’une certaine manière, tout à fait digne d’intérêt. Elle ne correspond tout simplement pas à mes instincts de lecteur aussi bien que d’auteur. Quand le rationnel s’impose partout autour de nous et nous enferme dans ses limites, la folie est une fenêtre salutaire ; quand la banalité et la volonté de tout expliquer pleuvent autour de nous comme les barreaux du spleen baudelairien, le mystère est une tentation heureuse.


Avez-vous travaillé sur d’autres projets ? Et avez-vous d’autres projets en cours pour l’avenir ?
J’ai déjà publié un double recueil, de nouvelles et de poèmes d’inspiration indienne, Lettres de Shandili, suivies du Devîsadangeï. Je dispose de nombreux inédits, et travaille tout doucement à un prochain roman.


J’aimerais beaucoup vous découvrir en tant que lecteur à présent :


Quels sont les genres de livres que vous aimez lire ? Pouvez-vous nous citer un de vos livres préférés (un qui vous a vraiment marqué) et pourquoi pas aussi un livre que vous n'avez pas apprécié ?
Comme je l’expliquais précédemment, je ne suis guère tenté par le réalisme, voire par ce que l’on a coutume d’appeler littérature engagée, souvent trop bien pensante, ni par la littérature Coca-Cola, commerciale et addictive, formatée, ciblée... simple objet de consommation qui fait saliver un large éventail de clans adeptes de bit lit, chick lit ou autre dystopie...
Je ne citerai aucun livre particulier à la rubrique « que vous n’avez pas apprécié ». Ils sont nombreux. Je préfère m’attarder un peu sur un auteur (parmi d’autres) auquel va mon admiration. J’ai parlé, ailleurs, de Paulina 1880 de Pierre Jean Jouve. Je voudrais aujourd’hui évoquer les nouvelles de Villiers de l’Isle-Adam, qu’il s’agisse des Contes cruels ou d’autres œuvres de ce maître. Villiers de l’Isle-Adam est un auteur que j’apprécie pour ses talents de conteur hors pair, mais aussi et surtout pour cet état d’esprit à la fois idéaliste et décadent, vibrant de rêves et de désillusions, d’une profondeur élégante et charmeuse qui éveille en moi des échos toujours renouvelés. A découvrir absolument pour ceux qui l’ignoreraient encore.


Avez-vous une PàL (Pile à Lire) en ce moment ? Et si oui, pouvez-vous nous en donner quelques titres ?
Non, on ne peut pas parler de PàL... Je reçois pas mal de livres d’éditeurs qui publient des ouvrages relatifs à l’Inde, mais je n’ai guère de temps...


Consultez-vous régulièrement des blogs littéraires ? Et si oui lesquels ?
On ne peut pas parler de consultation régulière. Je butine, plus ou moins au hasard, dans la jungle d’une blogosphère littéraire plutôt luxuriante, avec de bonnes ou de mauvaises surprises...


Et la dernière question pour conclure cet entretien :


Êtes-vous un auteur heureux ?
Franchement, au vu de certaines réactions très enthousiastes de divers lecteurs, concernant Le Soir, Lilith ou les Lettres de Shandili, j’ai tout lieu d’être heureux. Mes livres ne cherchent pas à « ratisser large » et il est normal que tout un lectorat s’en écarte avec incompréhension ou hostilité. Mais avoir réussi à susciter chez quelques-uns un bonheur particulier, avoir réussi à les faire adhérer, malgré l’obstacle d’une lecture difficile, à un univers littéraire que j’ose croire personnel, est une satisfaction qui n’a pas de prix. Par ailleurs, ma sélection inattendue parmi les cinq meilleurs romans fantastiques de l’année dans le cadre des V&S Awards (organisés par le site Vampires et Sorcières : http://www.vampires-sorcieres.fr/) a constitué une surprise flatteuse... d’autant plus que Le Soir, Lilith n’est pas précisément un roman fantastique.



_________________________Les livres de Philippe Pratx :_________________________

http://www.indereunion.net/Lilith/commande.htmhttp://www.indereunion.net/special/shandili.htm


______________________Retrouver tout l'univers de Lilith :______________________

http://www.indereunion.net/Lilith/accueil.htm


Un grand merci à Philippe Pratx pour m'avoir accordé un peu de son temps.

4 commentaires:

Laissez un passage de votre voyage à bord.