jeudi 26 novembre 2015

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Canada dry - Le dernier amant » de François Jaudrent


Présentation de l'escale :
Il est un jeune homme de quinze ans et demi, peut-être seize. Il est saisi par ses yeux qui ressemblent à L'Indochine, il est fasciné, pétrifié, son entendement se perd dans la librairie où elle signe un de ses ouvrages. Elle est célèbre, il est totalement inconnu, il ne parviendra jamais à lui écrire trois phrases. Et pourtant il va devenir son dernier amant. Cet épisode de la vie de Marguerite Duras a échappé à tous ses biographes, alors qu'elle a semé des indices dans plusieurs de ses livres. Raconter aujourd'hui cette étonnante passion, c'est d'abord suivre l'entêtement d'un homme à ne jamais vouloir accepter ses échecs et cette obstination imperturbable avec laquelle il abolit le temps et la réalité. Dans cet aveu, les mots comptent plus que les faits.

Organisateur : Mon Petit Éditeur
Escale Contemporaine
Encre : Grand Format
Nombre de vagues : 158
Prix du voyage : 18,95 €


Mon avis :
Je remercie Janyce et Mon Petit Éditeur pour cette lecture même si elle ne m'a pas convenue, d'ailleurs je ne suis pas arrivée à aller jusqu'au bout. Qu'est ce qui a cloché ? Je vais essayer de vous l'expliquer...

Un jeune homme totalement inconnu, dont le nom n'est jamais cité dans le roman (en tout cas dans la moitié que j'ai réussi à lire) tombe follement amoureux d'une écrivaine célèbre, qui n'est nommée à aucun moment non plus. C'est d'ailleurs dommage pour le coup qu'elle soit nommée dans le résumé, même si on la reconnaît très vite à travers le titre de ses ouvrages comme Le barrage ou encore L'Amant.

Ce qui génial, et là il faut quand même dire bravo à l'auteur, c'est qu'on ne nommant aucun de ses personnages, il s'inspire du style de Marguerite Duras qui fait de même pour ses romans. En tout cas à ce que j'ai compris dans les références qu'on peut trouver dans le présent roman et à ma lecture personnelle du livre Le barrage. D'ailleurs ce n'est pas la seule inspiration, je trouve qu'il à réussit à capturer l'essence de l'écriture de cette grande écrivaine à travers sa propre écriture (je ne sais pas si je bien claire là...). Ce qui est dommage pour lui c'est que le style de Marguerite Duras n'est déjà pas passé pour moi, alors vous imaginez que le sien du coup non plus n'est pas passé. Je trouve que ce style donne une lecture trop hachée.

En plus d'être trop hachée, la lecture est confuse. Les pensées de son personnage partent dans tous les sens, il est difficile de se situer dans l'espace et le temps. En même temps ce style convient tout à fait à son personnage qui est totalement obsédé par cette grande écrivaine qui le fait revivre l'Indochine, mais aussi obsédé par E. qui lui fait revivre l'Espagne. Deux obsessions qui virent presque à la folie. D’habitude j'aime bien quand un grain de folie se glisse dans l'histoire, le problème c'est qu'ici je n'ai pas trouvé qu'il y avait une histoire, c'est juste une obsession qui ne mène nul part à mon sens.

Malgré de bonnes idées dans le style d'écriture, je n'ai pas réussi à accrocher à l'histoire que j'ai trouvé inexistante. Je suis assez déçue de ne pas avoir adhéré à ce livre qui finalement a plus été écrit pour l'amour des mots. L'auteur maitrise très bien le vocabulaire et offre de belles tournures de phrases en jouant avec les mots, mais ce n'est pas ce que je recherche en lisant un roman.


-----L'avis de mes partenaires :-----
- Fanny - Kathleen - Katycat -
- Madame Love -

5 commentaires:

  1. Un livre qui ne me tente pas du tout, surtout si tu as été déçue. Dommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai été déçue, malgré quelques bons points, je n'ai réussi à accrocher, cela arrive.

      Supprimer
  2. Cela arrive de ne pas accrocher, je te souhaite une bonne prochaine lecture :)

    RépondreSupprimer
  3. Dommage. En tout cas ton avis est très intéressant.

    RépondreSupprimer

Laissez un passage de votre voyage à bord.