mercredi 15 juillet 2015

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Riverdream » de Rafa Lopez et George R.R. Martin


Quatrième de couverture :
Mississippi, 1857. Quel capitaine de vapeur sensé refuserait le marché de Joshua York ? Cet armateur aux allures de dandy romantique offre des fonds illimités pour faire construire le navire le plus grand, le plus rapide et le plus somptueux que le fleuve ait jamais connu. En échange, ses exigences paraissent bien raisonnables : garder la maîtrise des horaires et des destinations, et, surtout, ne jamais - à aucun prix - être dérangé dans sa cabine hermétiquement close, dont il ne sort qu'une fois la nuit tombée. Voilà enfin l'occasion qu'attendait le capitaine Marsh, vieux loup de rivière aux proportions gargantuesques, pour relancer sa compagnie en perte de vitesse. Si ce formidable vapeur lui permet de coiffer ses concurrents au poteau, peu lui importe les lubies de l'étrange armateur. Jusqu'au jour où une vague de meurtres sanglants apparaît dans le sillage du Rêve de Fèvre...


Mon avis :
Je remercie Babelio et les éditions French Eyes pour l'envoie de cette BD qui nous emmène sur le fleuve du Missisippi. Malheureusement je ne garde pas forcément un bon souvenir de ce voyage…

Ce livre avait tout pour me plaire : une période que j'avais envie de découvrir (1857), un lieu qui avait l'air intéressant (un bateau sur le Missisipi), et des meurtres sanglants. Pourtant rien n'a collé, rien de m'a intéressé, rien ne m'a transporté.

Ma première déception est ne pas trouver tant de cadavres et de rage sanguinaire. Je m’attendais à un huit clos sur un bateau avec un vampire faisant des ravages à bord. Je m'attendais à du mystère, avec une quête effrénée pour trouver l'auteur de tous ses crimes. Et j'ai été bien loin de ça ! Pas de sillage sanglant derrière le bateau, juste le sillage sanglant de l'histoire d'un des personnages. Pas de mystère non plus, puisque je n’ai eu aucun doute sur la nature de ce même personnage.

Je note tout de même que le fond est assez intéressant, bien que l'histoire du vampire reste classique : l'être capable d'envoûter ses victimes et esclave de sa soif de sang. Puis bien que le fond soit intéressant je trouve que cela manque de profondeur, peut-être parce qu'il s'agit d'un premier tome.

Je n'ai pas non plus été séduite par les dessins qui sont assez sombre et parfois trop lisse. Les couleurs sombres collent parfaitement à l'ambiance puisque l'essentiel de l'histoire se passe lorsque le soleil se couche. Mais finalement ce sombre cache les détails, ou plutôt camoufle le manque de détail des dessins… Parfois les rides d'expressions des personnages apparaissent donnant le ton et le ressentit adoptés par ceux-ci. Mais d'autres fois tout est lisse, ce qui est dommage car ainsi certains personnages se ressemblent, il devient donc difficile de faire la distinction et le dessin manque de vie.

Ce qui est sûr c'est que ce premier tome ne m'a pas assez intriguée pour vouloir lire la suite. J'ai quand même envie de donner ma chance au roman du même de nom, en espérant trouver plus approfondie que cette reprise en BD.

-----L'avis de mes partenaires :-----
- Fanny - Kathleen - Katycat -
- Madame Love -

4 commentaires:

  1. Oh c'est dommage d'être autant déçue, car en lisant le résumé j'avais comme toi l'impression que tous les éléments été réunis pour faire quelque chose de super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai choisis de mettre le résumé que Babelio a choisis pour présenter cette BD dans sa masse critique. A savoir que ce résumé n'est pas celui de la BD mais du roman. C'est pour ça que je pense laisser une chance au roman :) Et si Babelio aurait choisis le résumé de la BD, je ne pense pas que me serais tournée vers cette BD dans mes choix, mais je suppose que Babelio communique ce que les éditeurs leur communique ! Enfin, c'est dommage, mais c'est comme ça :)

      Supprimer
  2. Petite question: cet ouvrage n'existe qu'en BD, pas en roman? Compte tenu de l'auteur, un roman serait très certainement plus prenant que la version BD, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réponse est dans ma chronique :D A la fin je dis que je donnerais bien sa chance au roman du même nom :)

      Supprimer

Laissez un passage de votre voyage à bord.